La littérature policière s’efforce de refléter la société telle qu'elle a été, qu'elle est, ou qu'elle devient.
Est-ce prétendre, alors, qu’énigmes, crimes ou intrigues, ne sont que prétextes à évoquer des faits passés, actuels ou futurs, qu'ils soient politiques, économiques, sociaux, régionaux ou nationaux, voire internationaux ?
Certainement pas.
Néanmoins l'enquête policière se déroule dans un environnement donné. Enquêteurs et criminels sont des hommes et des femmes immergés dans ce contexte.
Pour ce qui est de l'environnement, dans mes polars, c'est le Sud. Le sud de la France, et plus particulièrement, le Var, ses paysages, son climat, la mer, la mentalité de ses habitants, l'apparente convivialité et la violence sous-jacente.

jeudi 5 janvier 2017

Etrange printemps aux Glénan

   Après "Un été à Pont-Aven", l'auteur "des enquêtes du commissaire Dupin", nous invite au paradis de la voile au large de cette belle ville de Concarneau, sur l’archipel des Glénan.
   L'enquête sur la découverte de trois cadavres échoués sur le rivage entraîne le commissaire Dupin et ses adjoints sur ces îles paradisiaques. Parmi les victimes : un homme d'affaires lié à la politique locale et un navigateur de haut niveau qui possède une célèbre école de voile.
   Le roman porte sur les trois jours que dure l'enquête. Il vaut avant tout par la description des magnifiques paysages de cette Bretagne si typique, par les personnages, vivants, attachants et par les ambiances à la fois conviviales et secrètes de la vie des îliens.
  Certes on peut regretter un certain manque de rigueur dans la conduite de l'enquête par ce commissaire atypique. On peut reprocher à l'auteur de ne pas s'être suffisamment documenté sur la plaisance, la voile et même sur la police (il y est question d'inspecteur, alors que ce terme a disparu depuis plus de vingt ans), mais on se laisse emporter avec plaisir, malgré quelques longueurs, par cette histoire qui mêle plusieurs intrigues : une surprenante chasse aux trésors enfouis dans des épaves, des projets immobiliers aux conséquences écologiques dramatiques.
   L'auteur se cache sous le pseudonyme de Jean-Luc Bannalec. Il s'agit en fait d'un écrivain allemand qui a trouvé sa seconde patrie dans le Finistère sud qu'il décrit si bien.

Note : 6/10


Étrange printemps aux Glénan  Pocket 6.95 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire